Être Free Spirit

Difficile de définir « Free spirit » sans y aller de la traduction intégrale « esprit libre ». Libre! Le mot qui se prononce d’un seul élan. Qui donne l’impression de flotter.

Avoir l’esprit libre, c’est se débrancher complètement. Rien à voir avec l’électronique, les médias sociaux, le courant qui passe ou ne passe plus. C’est abandonner le monde tel qu’on le connaît, se mettre en danger et se faire confiance.

Il n’y a rien de plus programmé que le quotidien. Le métro-boulot-dodo convient peut-être à une majorité. La routine rassure. Mais c’est l’inconnu, la possibilité de faire des choix et de les assumer, de découvrir et de s’émerveiller en permanence qui tiennent en vie.

La vraie liberté, c’est de se donner les moyens de prendre notre temps, de remettre à demain ce qui peut attendre tout en ayant la confiance de repousser des limites qu’on refuse de s’imposer.

Le Free Spirit, c’est se faire confiance quand on commence à croire qu’on peut mettre un pied devant. C’est avancer sans se soucier de ce qu’on trouvera devant. C’est réfléchir à sa journée en se disant qu’on en a finalement profité.

Quand on oublie, pas par peur, pas par manque de temps, mais parce qu’il y a tellement de moments à saisir et à expérimenter, on tient quelque chose.

La paix d’esprit ne vient pas du jour au lendemain. Elle ne s’achète qu’au bout d’un troc avec soi-même dans lequel on aura accepté que chaque moment compte, même s’il n’est pas grandiose. On lâche prise, on avance et on ne regarde plus en arrière.

Avoir l’esprit libre, c’est ralentir le temps qui nous coule toujours entre les doigts. Un esprit se forge, se bâtit, s’entretient.

Pour moi, être un Free Spirit, c’est d’abord accepter d’avoir des rêves et se donner les moyens de les réaliser. Pour moi, ce rêve s’accomplit chaque fois que je traverse une frontière, que j’échange avec un étranger, que je me laisse émouvoir par ces façons qu’ont les autres de partager le monde.

www.montourduglobe.com